Y'a un truc! Contre la chlorose, déposer des feuilles de persil au pied des plantes.

Il est temps de: en climat humide, traiter le raisin à la bouillie bordelaise.
Les aubergines qui portent beaucoup de fruits ont besoin d'engrais.
S'il fait sec, ramassez les aromatiques.
Pensez à l'hiver et repiquez les choux.

Y'a du monde au balcon: supprimer les fleurs fanées des annuelles.

Ca ne peut pas faire de mal: Pour éloigner les sorciers, faites comme les corses, portez un bulbe de cyclamen à la ceinture.

Qu'est-ce qu'elles disent? Attention! dit le bégonia.


vendredi 8 février 2013

L'ail des ours



Du temps où on les laissait vivre près de nous, les ours au sortir de leur sommeil d’hiver, consommaient avec gourmandise, une plante aux fleurs blanches en ombelles de 20 à 50 cm de hauteur, qui colonise encore les sous-bois et le bord des ruisseaux. Si l’on froisse ses feuilles, elles exhalent une odeur d’ail, ce pourquoi on lui dit « ail des ours » ou encore ail sauvage.
L’ail des ours fait partie des plantes magiques bien connues des Celtes et des Germains. Pour protéger l’enfant à naître, toute femme enceinte se devait d’en porter un bulbe dans ses poches. Doté des mêmes propriétés que l’ail cultivé dans nos jardins, il a comme lui le pouvoir d’éloigner les vampires qui détestent son odeur. Les herbivores aux habitudes alimentaires pourtant bien différentes, ne l’aiment pas non plus.
On voit sortir ses premières feuilles en février-mars; mais tu attenndras que s’épanouissent ses premières fleurs, c’est-à-dire en avril glaneuse, pour commencer ta récolte. Pourvu d’une haute teneur en vitamine C, l’ail des ours est dépuratif et antiseptique.
Ses feuilles fraîches font d’excellentes soupes et utilisées en condiment rehaussent agréablement sauces et salades.
Mais tu souhaites, glaneuse, garnir un peu plus ton armoire à potions magiques. L’ail des ours va t'offrir autant ses bulbes que ses feuilles.
ELIXIR :
Tu prends glaneuse dans ta réserve une jolie bouteille que tu rempliras jusqu’au goulot (sans trop tasser), de feuilles et d’oignons coupés en petits morceaux ; tu les recouvriras d’une bonne eau de vie. Tu boucheras hermétiquement et tu laisseras au soleil ou à la chaleur pendant deux quartiers de lune.
Il sera temps alors, pour développer ta mémoire et éloigner l’artériosclérose, d’en prendre quatre gouttes , quatre fois par jour dans un peu d’eau..
Si tes bronches sont encombrées, si ta respiration est difficile, tu peux aussi essayer de ce vin :
Il faut faire bouillir une poignée de feuilles coupées en lanières, dans ¼ de litre de vin blanc que tu sucreras avec du miel.
Tu boiras ensuite cette infusion, lentement et à petites gorgées.
On recommande de ne pas confondre les feuilles de l’alium avec celles du muguet  qui sont toxiques. Mais tu sais bien glaneuse, que le muguet se montre bien plus tard et que ses feuilles sont plus coriaces. Et dis-moi glaneuse, s’il te viendrait à l’idée  de prendre l’alium pour parfum ? Aussi j’en suis certaine, tu ne prendras jamais le muguet pour un condiment.

4 commentaires:

LOU a dit…

Abondant dans un coin de mon jardin... Protège-t-il du mauvais sort ?

almanachronique a dit…

Du mauvais sort, je ne sais pas, mais des vampires, certainement!

LOU a dit…

Kif-kif bo...... Ceci dit, lorsque la fleur se fâne, la plante dégage une odeur nauséabonde... Et si on laisse les petits bulbes on en a plein le jardin... :(

Veronica B a dit…

J'en vois souvent en épicerie mais ne l'ai jamais utilisé, quel goût à t-il ?